Budget 2015 : des efforts soutenus pour l’enfance et la vie scolaire

Le Conseil de Paris réuni cette semaine va voter le budget primitif pour 2015. À cette occasion, je suis intervenu pour expliciter les choix fait par la majorité en matière de vie scolaire, et aussi pour défendre un amendement visant à conserver des moyens pour les écoles du 11e qui ont été sorties de l’éducation prioritaire lors de la révision de la carte d’éducation prioritaire par le rectorat.   « Ce premier budget de la mandature, c’est celui des engagements tenus. Malgré la difficulté du contexte – et que n’avons nous entendu l’opposition gloser sur notre soi-disant impéritie, jusqu’à ce qu’elle présente un « contre–budget » dont il faut bien dire qu’il est plein de commentaires sur notre action, mais bien vide de propositions concrètes pour les Parisiens – malgré les difficultés, donc, ce premier budget traduit avec fidélité nos priorités : faire de Paris une ville toujours plus dynamique, solidaire, et environnementalement responsable, sans augmenter les impôts.   La solidarité se traduit particulièrement dans l’effort soutenu que nous déployons pour les familles, l’enfance et la jeunesse. 439 places en crèche auront été livrées depuis les dernières municipales, et 602 nouvelles places le seront dès l’an prochain, en ligne avec le nouveau « plan crèches » du plan d’investissement pour la mandature. Afin de multiplier l’offre d’accueil, le montant des subventions aux 34 000 places d’accueil collectif connaîtra une hausse très sensible de 7 M€, portant son montant total à 90 M€.   L’effort d’investissement pour les locaux scolaires conduira à livrer l’an prochain plusieurs écoles et collèges dans le 10e, le 13e, le 15e, et le 17e. Et l’entretien ne sera pas en reste non plus puisque notre collectivité...
Projet d’investissement pour la mandature : tenir nos engagements et préparer l’avenir

Projet d’investissement pour la mandature : tenir nos engagements et préparer l’avenir

Le Conseil de Paris examine cette semaine le Projet d’investissement de la mandature (PIM). En portant l’effort d’investissement à 10 milliards d’Euros sur les grands projets d’aménagements urbain, le logement et le développement durable, ce PIM va au-delà de nos engagements. C’est ce que j’ai notamment voulu souligner dans mon intervention devant le Conseil de Paris. « Le choix d’un budget est peut-être l’acte qui traduit le mieux les choix politiques. À ce titre, le PIM donne la meilleure des illustrations de notre projet pour Paris. Et je le dis car nous avons entendu l’opposition regretter notre choix d’investir. Rappelons d’abord que le budget d’une collectivité doit obligatoirement être équilibré, et que l’emprunt ne peut financer le fonctionnement. Paris respecte bien évidemment ces deux règles, qui permettent d’investir pour l’avenir sans fonctionner à crédit.   Ce projet d’investissement, c’est le choix d’un projet pour Paris et les parisiens, pour l’économie et pour l’emploi. Voilà qui est nécessaire et bienvenu alors que la crise ne cesse d’affaiblir les entreprises et les ménages. Et parce que les quartiers populaires souffrent plus, parce que l’effort de solidarité y est plus nécessaire qu’ailleurs, vous avez fait, Madame la Maire,  le choix de justice et d’équité d’orienter prioritairement sur ces quartiers l’effort collectif.   Ce PIM porte à hauteur de 1,88 Mds€ l’investissement pour les grands aménagements urbains, avec deux priorités : la cohésion territoriale et la réappropriation des espaces en valorisant les espaces naturels. Ouvrir Paris sur l’horizon du Grand Paris, c’est investir pour que cette frontière avec nos voisins, le périphérique ou encore les portes, cesse d’être un vide urbain. Recoudre le tissu de Paris...