6e édition de « Lire en délire »

6e édition de « Lire en délire »

La 6e édition de « Lire en  délire » s’est tenue du 12 au 15 novembre. Trois journées ont ainsi été dédiées  à des interventions d’auteurs, d’illustrateurs et de compagnies de théâtre dans des écoles, des centres loisirs et des associations de quartiers. Le salon du livre jeunesse a clôturé l’événement au gymnase Maurice Berlemont. Ces journées d’animations ont deux objectifs principaux. D’abord, il s’agit de promouvoir la lecture et l’amour du livre auprès de tous les publics, en particulier ceux situés en zone prioritaire de la Politique de la Ville. La lecture reste difficile d’accès pour certains enfants et elle n’est pas toujours un objet de plaisir et de découverte : ces initiatives ont eu pour but d’éveiller leur curiosité et de stimuler leur envie d’appréhender les mots et la langue. Ensuite, le livre peut représenter une dépense  qui n’est pas accessible à tous les budgets familiaux. Nous avons donc conclu cette journée avec une vente de livre à 80 centimes par les Éditions « Lire c’est partir ». Enfin, toujours pour le plaisir de jouer avec la langue française, ses difficultés et ses coquetteries, nous avons inauguré cette année la première Grande Dictée lue dans la rue Robert Houdin par Rachid Santaki et animée par la slameuse Rim : je me réjouis qu’une telle initiative ait pris place dans le quartier de la Fontaine au Roi....
Inauguration de « la Petite cagette » 38/40 rue Popincourt

Inauguration de « la Petite cagette » 38/40 rue Popincourt

La préservation et de le développement du commerce de proximité est une priorité pour la Ville de Paris comme pour la Mairie du 11e. Grâce à l’action de la Semaest, en concertation avec la mairie du 11e, ce sont plus de 139 commerces qui ont été maintenus ou installés dans le quartier Sedaine Popincourt en dix ans. À ce chiffre, il faut ajouter les 8 locaux commerciaux de de l’ilot Breguet qui seront livrés en 2015 ainsique que les 45 locaux artisanaux de la Cour de l’Industrie en cours de rénovation. L’installation d’un commerce de bouche, « La Petite Cagette » (38/40 rue Popincourt), en lieu et place d’un commerce textile de gros est donc emblématique de cette reconquête. Privilégiant les circuits courts, les produits bios et la rémunération au juste prix des producteurs, sa démarche, qui procède de l’économie solidaire, mérite en outre d’être soulignée. J’adresse à ses initiateurs tous mes vœux de réussite...