Innovation responsable

Je participe à un groupe de travail (un « think tank ») de l’école des Mines de Paris sur la question de l’innovation responsable (http://www.debatinginnovation.org). Aujourd’hui, nous avons organisé une conférence sur la question de l’énergie et de l’architecture. Le programme est ici. J’ai participé à la table ronde qui traitait de la question « un modèle urbain basé sur la production d’énergies renouvelables devrait-il reposer sur des choix purement volontaristes ? ». Voici le texte de mon intervention, dans laquelle j’explique pourquoi il me semble nécessaire de créer une obligation de rénovation thermique du bâtiment ancien, et pourquoi et comment il faut adopter une approche plus globale au niveau urbain (développement de l’analyse de cycle de vie et de l’évaluation environnementale) : Jusqu’ici aujourd’hui, l’attention a été portée sur la production d’énergie, si possible renouvelable. La question posée pour cette table ronde « un modèle urbain basé sur la production d’énergies renouvelables devrait-il reposer sur des choix purement volontaristes » présume aussi que l’urbain se développe autour de la production d’énergies renouvelables (ou, précision de taille, de la production de non consommation d’énergie – les économies d’énergie sont et restent le premier gisement), et on s’interroge sur la liberté des acteurs dans ce mouvement. Je pense pourtant comme Jean-René Brunetière qu’il n’y a rien d’évident dans la première partie de la question.   Formes et objectifs J’y viendrai en parlant de formes architecturales, de forme urbaine et de modes de vie. À quoi sert un bâtiment ? Habiter, produire, abriter, enseigner, prier, défendre, gouverner… pour chacune de ces fonctions, on voit surgir une image, une forme de construction. Si on prend l’habitat, au travers des...

Bientôt un nouveau centre d’animation dans le 11e

  L’histoire de notre arrondissement croise souvent celle de l’insalubrité. Car Bertrand Delanoë a fait de son éradication une priorité de son action. C’est ainsi que l’immeuble qui était au 1-3 rue Victor Gelez (Paris 11e), insalubre, a été démoli. Face à la pénurie de lieux pour les jeunes dans le nord du 11e (quartier de Belleville), la mairie du 11e a souhaité installer à cette adresse un centre d’animation. Nous avons donc lancé un concours d’architectes, remporté par l’équipe Dumont et Legrand Architectes (DLA). Ce beau projet architectural respecte son environnement et dialogue bien avec la rue. Ouvert sur la rue, le bâtiment comprendra un grand hall d’accueil qui pourra accueillir rencontres et expositions, plusieurs salles de musique (répétitions, enregistrements), une salle de danse, et une salle d’arts plastiques (graff, peinture, sculpture) ouverte sur une terrasse pour pratiquer en plein air, notamment sur les œuvres qui nécessitent de l’espace ou simplement pour le plaisir. Il sera réalisé au « plan climat » de la Ville de Paris : il a été conçu pour que sa consommation énergétique primaire ne dépasse pas 50 kWh/m2/an. Le travaux débuteront en janvier 2012 et leur durée est prévue sur 14...

Le devenir du 21-25 passage Charles Dallery (Paris 11e)

La cartonnerie qui a exercé jusqu’ici au 21-25 passage Charles Dallery à Paris 11e doit partir s’installer en banlieue dans un endroit plus adapté à son activité industrielle. Les propriétaires ont décidé de vendre à un promoteur immobilier pour financer leur déménagement. Avec l’appui de Patrick Bloche, j’ai négocié au nom de la Mairie du 11e arrondissement avec le promoteur (Bouygues Immobilier) et son architecte Jean-Marie Bléas pour avoir une belle réalisation architecturale (avec l’aide de la commission du vieux Paris), qui laisse une place à l’art et à l’artisanat. Ainsi, j’ai présenté au Conseil d’Arrondissement ce vœu, qui a été adopté par le Conseil de Paris de septembre 2009. La construction commencera prochainement (livraison début 2014), en intégrant un atelier-logement d’artistes et un local artisanal au rez-de-chaussée. Les autres logements comporteront 31 logements vendus au public et 11 logements sociaux. Le bâtiment existant, construit en briques, sera l’objet d’une...

Devenir de la Cité Durmar (Paris 11e)

La cité Durmar fait partie de ces cours artisanales caractéristiques du 11e arrondissement. L’endroit accueille depuis toujours artisans, artistes, et habitants de toutes origines. La voie est si charmante que les projets liés à la spéculation immobilière fleurissent. En témoignent de nombreux articles dans la presse, par exemple Rue89. C’est pourquoi nous avons demandé, par le vœu suivant du Conseil d’Arrondissement, voté au Conseil de Paris, que le PLU (plan local d’urbanisme) protège mieux la cité...