Bientôt de nouvelles stations Autolib’

Après l’ouverture des 250 premières stations Autolib’, une nouvelle phase de travaux est lancée et permettra d’en créer 200 de plus dans les parcs de stationnement public. Le Conseil de Paris en a débattu, voici mon intervention : Paris est une ville dense. Cette densité fait du partage de l’espace public un enjeu très fort de notre « vivre ensemble ». C’est ainsi que depuis dix années, la marque la plus visible de notre action, Monsieur le Maire, c’est la transformation de l’espace public. Transformation pour un meilleur partage, un partage plus équilibré, plus équitable entre tous les usages. Des trottoirs élargis pour les piétons, des pistes cyclables pour les vélos, plus de services publics et plus d’espaces verts. Mais ces transformations répondent aussi à un enjeu de qualité de vie et même de santé publique : faire plus de place pour les circulations douces et moins de place pour la voiture, c’est aussi agir pour la qualité de l’air. Les impacts de la pollution sur la santé sont majeurs et il est de notre devoir de tout faire pour réduire la pollution. C’est dans ce contexte qu’est apparu Autolib’, à la croisée de questions aussi variées que le partage de l’espace public, les nouveaux besoins en mobilité, qui doit être à la fois plus souple, plus durable, plus douce, et le refus des compromis sur la santé en ville. Autolib’ permettra aussi aux parisiens qui n’en ont qu’un besoin ponctuel de laisser leur voiture, et à ceux qui n’ont pas les moyens d’en acheter une d’accéder à ce mode de déplacement. Alors oui, Autolib’ apporte une réponse à tous ces enjeux....

Autolib’ arrive !

Ça y est, les premières stations Autolib’ sont installées ! Dans quelques jours (le 5 décembre), les premières voitures seront là et les stations ouvertes. Je garde un souvenir très présent de la découverte de ce design des stations : nous avions eu un débat intéressant en commission du mobilier urbain sur la création d’un nouvel alphabet urbain avec ces « O » à demi-enterrés, ces « I » et ces petits « i » plantés dans le sol pour former ces nouvelles stations… Toutes les infos sur le projet, ainsi que les cartes sont sur le site du syndicat mixte créé pour l’occasion : Lien sur le site d’Autolib’ (syndicat mixte) et Lien sur le site officiel (pour les usagers). Et voici les fameuses Bluecar, qui nous seront bientôt aussi familières que des Vélib’...

Autolib’ réduira notre impact environnemental

La voiture peut-elle faire baisser notre impact environnemental ? C’est l’ambition affichée pour Autolib’, disons-le d’emblée, contestée par le groupe des élus Verts du Conseil de Paris, qui mettent en avant la fabrication des batteries et la production électrique supplémentaire nécessaire. Je parlerai du problème des batteries dans un article ultérieur. Il est clair que dans un pays où l’électricité est produite par du charbon, du gaz ou du pétrole, le système conduirait à brûler une ressource fossile pour faire de la vapeur, qui ferait tourner une turbine reliée à un alternateur, qui produirait le courant, transformé, transporté, re-transformé et consommé pour alimenter une batterie, laquelle serait ensuite sollicitée pour faire tourner les roues de la voiture. Chacune de ces étapes présente des pertes de rendement plus ou moins significatives : le résultat serait catastrophique entre la quantité de pétrole nécessaire dans ce système comparé à celui simplement nécessaire pour faire rouler la voiture sur la même distance à partir de la combustion du pétrole dans son moteur à explosion (le rapport est de l’ordre de 1 à 3). Bref, dans un tel pays, la voiture électrique n’est pas une bonne idée car elle produirait, en grossière approximation, de l’ordre de trois fois plus de CO2 que la voiture à essence ! En France, l’électricité est très peu carbonée puisque produite par du nucléaire et de l’hydraulique. Le projet a donc plus de sens – si l’on accepte le bouquet énergétique français. Mais la caractéristique du nucléaire est de produire beaucoup d’énergie sans capacité à varier rapidement en fonction de la demande. Ce sont les centrales hydroélectriques, beaucoup plus...