Paris adopte son plan biodiversité

Aujourd’hui, le Conseil de Paris a adopté un plan très ambitieux en faveur de la biodiversité. Complémentaire du plan Climat (2007) et de l’Agence parisienne du climat, ce nouveau plan prévoit notamment la réalisation de 40 mares à Paris, de 7 hectares de végétalisations nouvelles (jardins, toitures, murs végétalisés). Ces mesures permettront de créer une trame verte et bleue nécessaire à la circulation des espèces. Lors de cette séance du Conseil, une élue de droite a trouvé le moyen de nous proposer de laisser tomber l’aire pour les gens du voyage que nous avons prévue dans le bois de Vincennes… au nom de la biodiversité. Quelle scandaleuse hypocrisie ! Voici l’intervention que j’ai faite à cette occasion : Paris agit pour la biodiversité. D’aucuns pourraient y voir un gadget, de l’affichage, ou un oxymore, tant ville et nature sont deux notions étrangères. Eh bien chers collègues, je voudrais vous convaincre combien il est non seulement utile, mais même indispensable que notre ville s’engage sur la protection de la biodiversité. Chacun sait combien celle-ci est menacée aujourd’hui. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le danger d’extinction mondiale concerne un oiseau sur huit, un mammifère sur cinq, un conifère sur quatre, un amphibien sur trois ! Pourtant, les services rendus par la diversité du vivant sont irremplaçables : c’est le vivant qui assure l’équilibre chimique de l’air que nous respirons, de l’eau que nous buvons, ce sont les chaînes alimentaires complexes qui apportent la nourriture quotidienne des 7 milliards d’humains. Recherche médicale, polonisation des cultures, résilience des écosystèmes après une catastrophe, et, paradoxe !, la majorité des énergies que nous...