Le budget municipal 2012

Aujourd’hui, le Conseil de Paris a adopté le budget de la collectivité (ville et département) pour 2012. Ce budget, d’un montant de 7,088 Mds€ en fonctionnement et 1,694 Mds€ en investissement est plus contraint que jamais en raison de la crise, de la dette de l’État envers la Ville et le Département, et en raison de l’arrivée d’une nouvelle ponction sur les finances parisiennes : la péréquation. Il s’agit d’un dispositif de solidarité budgétaire entre les collectivités les plus aisées et celles qui le sont moins. Nous y sommes favorables, mais pas de la manière dont le gouvernement l’a instaurée : sans concertation et sans progressivité. Ainsi, la péréquation a coûté 97 M€ l’an dernier à Paris, et 240 M€ pour ce budget… Une telle somme n’est pas anecdotique ! Le groupe socialiste a organisé ses interventions sur les principaux sujets de la politique municipale (une dizaine). Dans ce cadre, je suis intervenu pour mon groupe sur la question de l’environnement et de l’énergie : Oui, les difficultés pour boucler le budget sont importantes, car non seulement Paris subit la crise, mais aussi la rapide montée de la péréquation qui frappe si durement notre collectivité. Et surtout, nous subissons les inconséquences de l’État qui n’en finit plus de décharger sur les collectivités le financement de politiques qu’il n’arrive plus à payer, conséquence de l’impéritie et plus encore, de l’inéquité des choix budgétaires qui ont été faits depuis dix ans. Nous avons donc un budget qui fait des choix marqués car nous ne pouvons pas tout faire. Je voudrais souligner combien ces choix, nos choix marquent un engagement d’autant plus...