Aménagement de la place de la République

Ce conseil de Paris de septembre 2011 a débattu du projet d’aménagement de la place de la République, après l’enquête publique. Pour l’objet de cette délibération, disons l’essentiel : la concertation et l’enquête publique ont eu lieu. Ce qui en sort est encourageant et même très positif. Les deux enquêtes publiques ont donné lieu à un avis favorable du commissaire enquêteur, assorti de quelques recommandations. Faut-il rappeler d’où l’on vient ? Sur cette place de la République, on posa en 1811 une fontaine conçue par l’ingénieur des Ponts et Chaussées Pierre-Simon Girard. Vinrent ensuite des percements, notamment le boulevard de Magenta et l’avenue de la République, puis la caserne du Prince-Eugène. Mais la première fontaine était jugée insuffisante. On y installa alors une seconde fontaine en 1867. Puis, en 1880, les frères Morice érigèrent sur un soubassement colossal la Marianne que nous connaissons, et on retira la fontaine pour l’installer place Félix Éboué… Bref, ces multiples péripéties montrent combien l’aménagement de la place de la République n’a jamais été – réellement – conçu, pensé, organisé pour produire un tout. Et oui, nous avons aujourd’hui l’ambition de relever ce défi, malgré les difficultés, immenses lorsqu’on intervient sur le patrimoine historique de Paris. Chers collègues, nous avons aujourd’hui même rendez-vous avec l’histoire d’une place exceptionnelle à Paris, empruntée quotidiennement par des centaines de milliers de parisiens et de touristes, et où le patrimoine et les usages revendicatifs se rencontrent dans une improbable synthèse. Alors oui, il s’agit, ici aussi, de rompre avec les autoroutes urbaines que la droite parisienne a encouragées pendant tant de décennies. Oui, il s’agit de redonner aux piétons, aux...

Pour simplifier les circulations douces dans le 11e

L’action municipale est parfois faite de petites choses et d’idées simples. Ainsi, lorsque j’ai pris en charge le dossier du 41 rue Richard Lenoir (encore un immeuble insalubre qu’il a fallu démolir), j’ai réalisé que la mairie avait prévu d’installer un commerce au rez-de-chaussée de l’immeuble. Outre le fait que le local aurait été très exigu et que l’endroit est peu commerçant, c’est d’abord l’emplacement qui m’a frappé : situé entre l’école de la rue Godefroy-Cavaignac et le gymnase Japy, au dos d’un petit square que nous avions réalisé, tous ces équipements sont séparés par cet immeuble ! J’ai donc proposé que nous profitions de cette opération pour faire du rez-de-chaussée un passage pour que les piétons puissent traverser plus facilement le quartier et rejoindre le gymnase depuis l’école ou vice-versa. Les étages comporteront des logements sociaux. L’opération est en cours de réalisation par la SIEMP. L’immeuble sera construit en respectant le plan climat de la Ville de Paris (consommation maximale de 50 kWh/m2/an). Pour info : Le voeu du Conseil de Paris de juillet 2009 (faisait suite à un vœu analogue adopté par le Conseil d’Arrondissement du...