Urbanisme et logement

Un bilan du plan local d’urbanisme (PLU) a été fait, en particulier pour évaluer son effet sur la production de logements (dont les logements sociaux) et d’équipements publics. Le débat organisé à cette occasion m’a permis de rappeler les chiffres marquants de cette action : Disons le sans détour : oui, il y a un déficit de logements à Paris, et particulièrement de logements sociaux, mais aussi oui, le PLU nous apporte des moyens pour améliorer cette situation. Faut-il le rappeler à l’opposition ? Dans une ville si petite en surface, si dense en population, il n’y a bien évidemment pas de solution miraculeuse pour baisser la pression foncière et satisfaire tous les besoins en logement social. Mais c’est notre responsabilité, c’est notre engagement de tout faire pour permettre aux classes moyennes et aux plus défavorisés de continuer à se loger à Paris. Alors le PLU a instauré plusieurs dispositifs nous permettant de refaire en quelques années une bonne partie du retard accumulé pendant trop longtemps. Lors des trois dernières années : la zone de déficit en logement social, où les promoteurs doivent inclure 25% de logement social dans toute opération de plus de 800 m2, a conduit à créer 739 logements sociaux supplémentaires, les règles permettant d’augmenter le COS de 20% lorsqu’on fait du logement social ou lorsqu’on construit un bâtiment efficace sur le plan énergétique, règles cumulables : ces règles de sur-COS ont permis la création de 1 884 logements dont 1 252 sociaux, 199 réserves ponctuelles sont inscrites au PLU ont conduit à autoriser la création de 3 159 logements, dont 2 275 sociaux sur 32 opérations lancées, enfin, les opérations d’aménagement sont un...

Une fausse-bonne idée contre la crise du logement

Pour faire face à la crise du logement, l’ancien président Sarkozy avait proposé et fait voter en un temps record une loi permettant d’augmenter de 30% les droits à construire dans tout le pays. La campagne présidentielle est derrière nous, les Français ont choisi d’autres propositions que celles de Nicolas Sarkozy. Pour le logement avec François Hollande, ce sera le doublement du plafond du livret A, qui permet d’augmenter le financement disponible pour le logement social, et d’autres mesures favorables aux bailleurs sociaux. Mais le Conseil de Paris a débattu aujourd’hui de la loi instaurant la règle de 30%. Voici mon intervention : Alors il aura suffit d’une campagne présidentielle où la démagogie l’a disputé à l’affolement pour bouleverser les règles de construction dans toutes les communes de France ! Le 29 janvier dernier, Nicolas Sarkozy était rattrapé par la crise du logement et sortait sa botte secrète : une loi majorant de 30% les droits à construire. En réalité, une loi bâclée était votée dans la précipitation dès mars, et les communes qui n’auraient pas réagi avant le 21 septembre verraient automatiquement s’appliquer cette majoration de 30%. Pourquoi cette disposition, qui peut être présentée comme positive à l’aide d’une rhétorique simpliste, n’est pas bienvenue ? Il faut d’abord rappeler que deux majorations des droits à construire existent déjà à Paris : la majoration de 20% du COS pour réalisation de logement social, et celle de 20% pour la réalisation de bâtiments offrant de très bonnes performances énergétiques. La nouvelle règle est en concurrence déloyale avec ces deux majorations préexistantes car elle offrirait aux constructeurs le bénéfice d’un surCOS sans contrepartie : il n’auraient...

Il faut plus de places de parking pour les deux roues !

Le Conseil de Paris de février 2012 a entériné une modification de forme du plan local d’urbanisme (PLU). Avec Luc Lebon, mon collègue chargé des transports, des déplacements et de l’espace public au conseil d’arrondissement du 11e, nous avons profité de cette occasion pour proposer un vœu qui demande une évolution du PLU sur la place réservée aux parkings deux roues dans les parkings des constructions neuves (actuellement de 2% – quand le seuil imposé par la réglementation nationale est de 1,5%). Après son adoption par le Conseil d’Arrondissement, j’ai repris ce vœu avec Patrick Bloche et nous l’avons fait inscrire à l’ordre du jour du Conseil de Paris. Après ma présentation de son contenu, Anne Hidalgo, première adjointe chargée de l’Urbanisme, a donné un avis favorable et le vœu suivant a été adopté lors du conseil du 7 février 2012. Cette première étape était nécessaire. Désormais, c’est une affaire à suivre : il reste à le traduire en réglementation dans une prochaine évolution du PLU. Rendez-vous ici le moment venu...

Plus d’espaces verts dans le 11e !

Le 11e arrondissement est le plus dense de Paris. Pourtant, les types de constructions sont tout à fait typiques de Paris. En réalité, la raison de cette densité est la quasi-absence d’espaces verts. C’est pourquoi il est important d’arriver à dégager de l’espace, lorsque c’est possible, pour réaliser ici et là de petits squares. Cela est particulièrement vrai dans le nord de l’arrondissement, vers Belleville. Pour faire cela, le PLU (plan local d’urbanisme) est un puissant instrument sur le long terme. Avec Patrick Bloche et avec le soutien du conseil du 11e arrondissement, j’ai proposé au Conseil de Paris le voeu suivant, qui a été voté. Quelques images du jardin de la Folie Titon (anciennement Cité Prost)...

Devenir de la Cité Durmar (Paris 11e)

La cité Durmar fait partie de ces cours artisanales caractéristiques du 11e arrondissement. L’endroit accueille depuis toujours artisans, artistes, et habitants de toutes origines. La voie est si charmante que les projets liés à la spéculation immobilière fleurissent. En témoignent de nombreux articles dans la presse, par exemple Rue89. C’est pourquoi nous avons demandé, par le vœu suivant du Conseil d’Arrondissement, voté au Conseil de Paris, que le PLU (plan local d’urbanisme) protège mieux la cité...